Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Pleure, tu pisseras moins Des bouts de texte, des bouts de vie, de ma vie.

Si je devais faire un résumé

little-tit

Rien ne se voit. Personne ne remarque rien. Je m'appelle Camille, j'ai 15 ans, je souris, je ris, j'ai des amis. A quoi ça sert si ils ne voient rien. Ce n'est pas parce que j'ai l'air heureuse que je le suis. J'ai un problème, je le sais car verser d'aussi grosses larmes à chaque dispute, à chaque souvenir, à chaque chanson, c'est pas normal. Ou alors par normal vous entendez se sentir liée à une personne que vous avez jeté un soir d'été. C'est alors aussi normal de faire passer ses angoisses et ses peines dans la nourriture par compulsion et de tenter vainement de vomir ses excès. Et c'est encore plus normal de se sentir à des milliers de kilomètres des gens à qui on parle en face. Pourquoi personne ne remarque rien ? Je ne vais pas bien. Je hais ce corps, ce corps laid et flasque, je hais être seule chez moi, "livrée à moi-même", je hais mes parents complètement aveugles. Je n'ai plus envie de rien, j'aimerais pouvoir fermer les yeux et oublier mais non. Non. Je suis une tortue avec sa carapace, cette carapace qui se durcit à chaque approche, à chaque contact, à chaque regard. J'ai peur qu'elle se fissure, je vis dans cette peur constante. Mais comment expliquer ça à une personne qui croit vous connaître, qu'à l'intérieur j'ai une partie détruite, j'ai une partie morte. Quand à l'autre elle est remplie d'eau. Je ne veux plus éprouver aucun sentiment, je ne veux plus être comme avant. Je refuse qu'on me touche, qu'on me remarque, qu'on m'aime. Je ne suis pas programmée pour recevoir ce genre de choses. De toute manière il ne me reste plus qu'à me noyer dans cette masse noire et compacte de lycéens. Que je ne sois plus qu'une silhouette parmi tant d'autres, ça serait mon paradis. 

 

L.T

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires

Mag 01/03/2012 21:53

Je me retrouve dans tes textes.
Je suis passée par là et moi aussi, j'écrivais. Tes phrases sont semblables aux miennes, c'est fou. J'ai l'impression de te connaitre depuis des années, c'est sûrement parce que je me vois. Si tu
veux parler, je suis dispo.
Dans tous les cas, tu verras, sans qu'on s'y attende, d'un coup, quelque chose se passe et on se relève, presque miraculeusement. Bonne chance et trace ta route.