Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Pleure, tu pisseras moins Des bouts de texte, des bouts de vie, de ma vie.

Je te parle

little-tit

"Ne remet pas en question ma volonté Camille. Je serais prêt à tout pour renouer le moindre lien avec toi, je serais-ce que de l'amitié." Arrête tes conneries. Et elle est où là ton amitié ? Nul part. Ton humeur et ta volontée se dégradent au fur et à mesure des sms. Puis finalement tu me laisses tomber par un "A+ Camille". Tu utilises mon prénom, forcément. Tu sais très bien que j'aime qu'on m'appelle comme ça et pas autrement. Tu l'écris histoire d'enfoncer le couteau, ce prénom qui me faisait si plaisir dit par toi, écrit par toi. Ton coup est réussi, ces messages me font devenir folle depuis 1 mois. Le pire c'est que j'ai l'impression qu'ils datent d'il y a 7 mois. Pourtant pour rien au monde je ne te dirais je t'aime encore une fois. J'étais qui pour toi ? J'ai pas le droit de remettre en cause ta volonté mais ai-je le droit pour ton amour ? En as-tu déjà eu pour moi ? Regarde-moi dans les yeux et dit "je t'ai aimé". Simplement. Je ne demande pas plus, je ne demande pas que cet amour ai été passionnel ou même qu'il existe encore. Et j'arriverais à voir si ces mots sont sincères car tu ne sais pas mentir, tu ne sais pas faire semblant. Je doute que tu es eu envie de passer du temps avec moi, envie de me tenir dans tes bras, envie de m'embrasser et quant à avoir eu envie de moi, j'en ris. Si tu lisais ça j'aurais le droit à des reproches, à ta colère, à des insultes. Mais malgré tout je reste persuadée que tout est une histoire de bonne conscience. Ou même que j'ai été un passe-temps. Oh et puis tiens, peut-être un pari aussi. Si s'en ai un, c'était réussi, je t'applaudis, grâce à toi j'ai l'impression d'être dingue et qu'un jour sans toi ne vaut rien. 7 mois qu'un jour sans toi ne vaut rien, c'est long 7 mois.

Non ! Ne pars pas, reviens. Reviens vers moi. Je mentais, je te veux encore. Ecoute-moi ! Je t'aime, je t'aime, je t'aime, je t'aime ! Je peux te les dire encore, je veux te les dire encore. Entoure-moi de tes grands bras pour me câliner, me protéger. Tu sais, j'ai encore rêvé de toi cette nuit. Je t'observais mais tu ne me voyais pas. Je me cachais mais cherchais quand même à ce que ton regard croise le mien mais non. Rien ne s'est passé. Pourquoi... Où vas-tu maintenant ? Oh non, reste ! Je regrette. Je ne doute pas de ta sincérité, je mentais là encore. Prend ma main et devenons amis. Laisse-moi poser ma tête au creux de ton épaule et sentir cette odeur. Cette odeur de confiance, de paix, d'amour. Juste ça. Comme de bons amis.

L.T

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires